Accessibilité PMR pour salle de bains et WC : les normes à respecter

L’accessibilité, la praticité et l’esthétique constituent les principaux critères à tenir compte lors de l’aménagement d’une salle d’eau et toilettes en tant que pièces de vie essentielle au quotidien. C’est pourquoi des normes qui imposent l’installation de chaque équipement sanitaire ont été mises en place afin que les personnes en situation de handicap puissent trouver leur aise pour une utilisation appropriée des salles de bains et WC.

L’accessibilité des équipements sanitaires aux PMR : les législations en vigueur

Dans l’optique de simplifier le quotidien des personnes à mobilité réduite ou PMR, tout en assurant leur autonomie et leur sécurité, des normes relatives à l’accessibilité des salles de bain PMR ont été mises en vigueur. Parmi lesquelles, la loi du 11 février 2005 établissant la mise aux normes des sanitaires au sein des établissements recevant du public (ERP), l’arrêté du 1er août 2006 communiquant des rubriques relatifs à l’aménagement des sanitaires et WC adaptés aux besoins des handicapés et la loi du 31 décembre 2014 renforçant la mise aux normes des sanitaires des installations ouvertes au public (IOP). Un nouvel arrêté, comportant plusieurs articles liés à la construction et à l’aménagement des sanitaires et WC pour les PMR, a été aussi introduit le 20 avril 2017. Ces réglementations concernent aussi bien les équipements sanitaires (douches, baignoires, lavabos, toilettes) que l’espace de déplacement (escaliers, rampes d’accès…) pour permettre aux PMR de se déplacer aisément avec un fauteuil roulant.

Les normes prérequises pour une salle de bain PMR

Le plan d’une salle de bain PMR conforme aux normes en vigueur prend en compte la surface et l’aménagement de la pièce, mais aussi les accessoires répondant aux besoins des handicapés. La salle de bain doit prévoir une aire de rotation d’un diamètre de 1,50 m au minimum pour permettre à une personne en fauteuil roulant de bien circuler et faire un demi-tour. La douche doit être bien équipée, accessible facilement et sécurisée. Elle doit donc comporter un siège de douche escamotable et antidérapant ou à fixation murale, un banc de douche avec des poignées à la bonne hauteur, des barres de maintien latérales comprises entre 70 et 80 cm. Le ressaut de la douche doit être inférieur à 4 cm de haut et associé à une rampe d’accès ayant une pente limitée à 33°. L’emplacement du lavabo et ses accessoires sont aussi règlementés. Ainsi, le lavabo PMR ne doit pas se placer au-dessus de 80 cm de hauteur tandis que porte serviette, miroir inclinable et distributeur de savon doivent se situer à une hauteur comprise entre 90 à 130 cm.

Les normes prévues pour l’installation de WC et baignoire pour PMR

Les normes imposant l’accessibilité d’un WC pour les personnes à mobilité réduite ont généralement les mêmes prérequis que celles d’une salle de bain PMR. L’accès aux WC doit, en effet, permettre la circulation d’un fauteuil roulant ainsi que de faire demi-tour. L’installation des barres de maintien est aussi obligatoire pour permettre un meilleur appui. Quant à la pose d’une baignoire adaptée aux PMR, la loi a prévu beaucoup plus de contraintes. Une baignoire PMR doit faciliter l’entrée et la sortie, elle doit disposer d’un espace d’approche de 90 cm pour stationner le fauteuil roulant, d’une hauteur du bord égale à 50 cm, d’une plage de transfert d’au moins 50 cm ajoutée d’une barre d’appui pour simplifier le transfert…

Au sol, les avantages du carrelage antidérapant pour les logements accessibles aux PMR
Quand la domotique peut se mettre au service des personnes âgées ou à mobilité réduite