Comment se comporter avec une personne en fin de vie ?

C’est une période pénible. La fin de vie due à la vieillesse ou une maladie incurable est une phase difficile à appréhender, tant pour la personne souffrante que pour ses proches. Avec l’angoisse de la séparation, la peur de la solitude et la frayeur de la souffrance et des douleurs, le moment est ardu à passer. Le rôle de l’aidant est essentiel dans cette situation ; il doit être attentif à tous les petits gestes, aussi minimes soient-ils, pour apaiser la tension de cette période. Comment se comporter avec une personne en fin de vie ? 

 

Demander de l’aide en cas de nécessité

La fin de vie est décrite par le personnel médical comme le moment où les traitements médicamenteux se révèlent inefficaces. Il intègre de ce fait un traitement palliatif destiné à apaiser le patient et le soulager de ses douleurs. Pour les cas d’une personne âgée, la vieillesse amène progressivement vers la fin de vie. Pendant cette période, les tissus cellulaires ne régénèrent plus, les fonctions motrices sont en baisse, les organes ne fonctionnent plus normalement. Si la personne âgée souffre encore d’une maladie incurable en même temps, il faut prendre en considération quelques paramètres pour l’accompagner en fin de vie.  

Oui, certainement, c’est un moment très difficile, et pourtant, il faut alléger toute peine pour vivre pleinement la fin de vie personne âgée. Il existe un site de référence, solidairesfindevie.fr, qui donne des conseils pour vivre au mieux la fin de vie des personnes âgées. Le site regorge des pépites d’informations sur les aides financières, les allocations spécifiques, les résidences seniors, les centres médicalisés, les assurances, les prévoyances et les conseils santé.

L’accompagnement fin de vie personne âgée est une tâche pénible, car il faut lui ôter toute inquiétude et l’aider à mener une vie normale malgré la maladie et les handicaps. L’objectif est donc de l’aider à affronter avec courage cette épreuve. 

  

Pour les personnes âgées souffrant d’une maladie incurable

L’accompagnement fin de vie personne âgée dans ce cas devrait être soutenu par un médecin ou un personnel médical, ou également des bénévoles formés pour ce genre de situation. La plupart du temps, l’équipe médicale n’injecte plus des médicaments de traitement, mais favorise le plus souvent les traitements palliatifs pour leur épargner des souffrances et douleurs. Ils sont alors présents pour suivre ce traitement et voir l’évolution de l’état du malade. Mais vous tenez le rôle principal dans son accompagnement pour adoucir sa fin de vie.

De petites actions suffisent pour améliorer la qualité de la vie. L’accompagner à se souvenir des bons moments constitue une option susceptible d’aider la personne à plonger dans un monde heureux. Vous pouvez lui montrer des albums photo et lui demander de partager les meilleurs moments de sa vie. Cette sorte de thérapie soulage et laisse libre la joie dans son cœur. Si la personne souffre de la maladie d’Alzheimer, vous pouvez lui raconter ses bons moments dans la vie.

  

Pour les personnes âgées vivant à la maison

Il faut se souvenir que les temps sont comptés durant la fin de vie personne âgée. Même en se rendant compte de ces moments, l’angoisse et le stress montent. Essayez d’améliorer le quotidien en laissant derrière le problème de santé, mais en se focalisant sur l’amélioration de chaque petit geste.

Faites des petites tâches quotidiennes ensemble. Il ne s’agit pas de fabriquer un placard ou vider un grenier, mais d’accumuler de petites tâches avec régularité pour voir une œuvre achevée. Voici quelques meilleures idées : arroser une plante tout le matin et la voir grandir, ranger une petite partie d’une maison par jour et la voir achevée au bout de quelques semaines, cuisiner des plats simples et les savourer, lire une page de livre par jour et voir la progression de la lecture. Il faut trouver des tâches non fatigantes à faire quotidiennement et qui amènent à un résultat progressif.

 

Permettre le temps de la confession

La confession est aussi une sorte de thérapie qui permet à une personne de se vider de ses angoisses et chagrins par la parole. Durant l’accompagnement fin de vie personne âgée, laissez-lui le temps d’exprimer de temps en temps ce qui les ronge et les fait souffrir. Ne forcez pas s’il ne parvient pas à exprimer, car dans des situations pénibles comme la fin de vie, tout le monde a peur de déchirer le voile du silence. Et appréciez s’il n’arrive qu’à dire des demi-mots, faites-lui savoir que vous pouvez comprendre les mots manquants, parfois la conversation verbale est aussi douloureuse, mais nécessaire pour laisser échapper les sentiments qui rongent à l’intérieur.   

Pour qu’il ne soit pas trop submergé pendant ses confessions, montrez-lui de temps en temps votre attachement et votre compréhension. Utilisez les langages gestuels et l’expression du visage, qui permettent dans ces situations une communication plus fluide que les mots.

La fin de vie est un passage qu’il faut vivre, autant la positiver et l’utiliser pour revivre les moments les plus heureux de la vie. 

Les meilleures solutions pour soigner les cristaux d’oreille interne
Chirurgie orthopédique à Neuchâtel : trouver un spécialiste en ligne